Nous voulons un monde global où chacun peut exercer son droit à se déplacer, à faire des expériences ailleurs, à retourner, à se mouvoir dans des différents pays. Nous rêvons une métropole globale, dans laquelle il serait possible de se promener sur l’Avenue Pompidou à Dakar, tourner un coin et se trouver à Piazza Vittorio à Rome, traverser une grille et plonger tout de suite à Brooklyn.

Nous voulons raconter la tendance à la formation de communautés transnationales, situées à mi-chemin entre le pays d’origine et le pays d’arrivée des migrants. Nous voulons construire un environnement migratoire dans lequel les mouvements des migrants vont contribuer à la croissance civile, économique et culturelle du pays d’accueil tout comme du pays d’origine, en créant des liens continus entre les différents contextes qu’ils touchent.

Notre engagement est en faveur de la mondialisation; non pas la mondialisation qui procède d‘en haut, des marchés financiers, des sociétés multinationales et du turbo-capitalisme; nous soutenons la mondialisation d’en bas, crée par les mouvements des migrants.

Nous voulons étudier les migrations de retour, mettre en évidence leurs potentiels et leurs contradictions, les lire comme un passage vers une mobilité humaine finalement libérée. Nous voulons attirer l’attention sur un enjeu, celui du retour, qui prélude souvent à une difficile “migration à l’envers” et qui, de même que la migration “primaire”, demande au sujet la mise en œuvre de ressources économiques, psychologiques et relationnelles complexes.

Nous avons l’intention de solliciter la naissance d’une opinion publique entièrement italo-sénégalaise, pour faire face aux défis qui impliquent les populations européennes et africaines dans un panorama mondial en mutation rapide.

Sur le site retourausenegal.org, nous publions des articles contenant:

  • histoires, c’est-à-dire des interviews, des visions, des traces de vie et des histoires sur l’imaginaire liées à la création d’une communauté transnationale italo-sénégalaise
  • documents, c’est-à-dire les rapports et la synthèse des données, les informations scientifiques sur les migrations (également) revenant de et vers le Sénégal, d’intérêt pour les migrants ou les chercheurs (de contenu sociologique, économique, statistique)
  • information, c’est-à-dire des communications et des réponses d’experts sur des questions d’actualité liées à la protection des migrants