Définir le retour raisonné


Le retour au pays d’origine n’est pas un processus simple à affronter pour le migrant, impliqué dans une sorte de “migration à l’envers”. Une préparation adéquate, la solidité du projet de retour, les transformations des contextes de provenance, la criticité de la réinsertion sociale, économique et familiale ainsi que le décalage entre ses propres attentes et les mesures institutionnelles existantes sont des élément délicats avec lesquelschaque migrant doit se confronter.

Les politiques et les programmes développés jusqu’ici ont montré une distance par rapport aux besoins des migrants, une prévalence des intérêts des pays d’accueil sur ceux de provenance, une propension pour l’assistance au détriment de la création de développement, enfin, le manque d’une vision du retour comme une opportunité pour les échanges transnationaux.

Construire une définition et une pratique du retour raisonné comporte, d’abord, la recherche de convergences entre les différentes aspirations, besoins et temporalités qui caractérisent les différents acteurs impliqués dans les migrations de retour, parmi lesquels les décideurs politiques des deux côtés. Ces acteurs sont appelés à promouvoir une approche axée sur les migrants et leurs communautés, capable d’en recueillir les exigences de soutien, sécurité, opportunités et droits d’un côté et, de l’autre, d’établir des accords bilatéraux et multilatéraux entre les états afin de mettre en ouvre des politiques qui garantissent la portabilité des droits sociaux tels que les pensions, qui renforcent le réseau d’acteurs concernés, la connaissance et les services, qui valorisent le capital humain et relationnel des migrants de retour.

En ce sens, il est nécessaire d’élaborer une vision globale des phénomènes du retour dans toutes ces formes, et de s’activer pour lier le retour et la réinsertion au maintien des relations avec les pays de précédente immigration.

Ressources

Sinatti G. (2014), “Return migration as a win-win-win scenario? Visions of return among Senegalese migrants, the state of origin and receiving countries”, Ethnic and Racial Studies, DOI: 10.1080/01419870.2013.868016

Webber F. (2010), The politics of voluntary return, Institute of Race Relations